5 min pour connaître la flexographie !

Conseils - Le 21 août 2019

Par Laura

La flexographie est une technique d’impression souvent utilisée dans l’univers de l’emballage et en particulier dans le domaine de l’étiquette. Vous souhaitez en savoir davantage ? Comment ce procédé fonctionne ? Quels sont ses avantages ?  Grand Ouest Étiquettes, imprimeur en Bretagne vous dit tout.

 

Pour des étiquettes tout en souplesse

Tout d’abord, un peu d’histoire, le mot flexographie vient du grec « Flexos » qui signifie souple et « graphein » qui veut dire écrire, l’écriture souple. Ce procédé d’impression consiste à reporter un visuel sur une matière choisie à la manière d’un tampon encreur. Cette technique est née en 1952 par un groupe d’imprimeur. A l’époque la forme imprimante était un cliché en caoutchouc, il a vite été remplacé par des clichés en photopolymères* dès 1970.

 

La flexographie, un procédé unique

Attention photo !

Précédemment, nous parlions de cliché, concrètement, à quoi cela correspond ?

le cliché

Le cliché est une plaque en matière souple qui est posée sur un cyclindre. La surface du cliché n’est pas homogène, il y a des reliefs.

Le cliché  est le parfait sosie de votre visuel. C’est ainsi qu’ à chaque modification ou nouvelle étiquette, un nouveau cliché doit être fabriqué.

Votre création comprend plusieurs couleurs ? Pour chaque couleur,  il faudra un cliché (Cyan, Magenta, Jaune, Noir, Ton direct appelé Pantone ). C’est la superposition d’un Cyan et d’un Jaune qui vous permettra d’obtenir un Vert.

cercle couleurs

Tous les ingrédients d’une recette réussie

Pour obtenir une étiquette, nous utilisons, en complément des clichés : des encres, une matière appelée aussi complexe et un outil de découpe.

On dénombre trois types d’encres en flexographie : les encres à UV, à eau et à solvant. Chez Grand Ouest Étiquettes, nous avons généralisé l’utilisation des encres UV faible migration en 2013. Les produits composés de solvants ont été supprimés depuis 1991.

Il existe de très nombreuses matières réparties en deux grandes familles : le papier et le synthétique. On retrouve également dans notre stock des matières spéciales comme le fluo, le kraft, le vergé, le PP argent, l’holographique, le void…

 

La roue tourne

A l’entrée de la machine, on dispose la bobine mère. Elle passera ensuite par les différents postes d’impression. Il y autant de postes que de couleurs. Chacun d’entre eux est composé de la façon suivante :  un encrier avec de l’encre, un anilox et un cliché positionné sur un cylindre.

l'anilox

L’anilox est un cylindre en acier chromé souvent recouvert d’une couche de céramique avec des alvéoles. La taille de celles-ci va déterminer l’apport d’encre. L’anilox tourne dans l’encrier et vient déposer l’encre sur la surface en relief du cliché. L’encre déposé sur le cliché va ensuite se reporter sur la matière à la façon d’un tampon encreur.

Le visuel final de l’étiquette est obtenu par superposition de l’ensemble des couleurs appliquées après leur passage dans chaque poste d’impression.

Une fois l’impression terminée, on découpe le contour de l’étiquette à l’aide d’une plaque de découpe. Cette plaque est constituée de filets qui sont plus ou moins haut en fonction de la découpe que l’on souhaite obtenir. On exerce une pression sur la plaque pour découper puis on enlève le surplus de matière : c’est ce qu’on appelle l’échenillage.

A l’issue de ces différentes étapes, on obtient une bobine semi-finie, sur laquelle on observe généralement plusieurs fois le visuel de l’étiquette dans la largeur. Cette bobine sera ensuite envoyée au conditionnement. Cette étape consiste à séparer la bobine semi-finie en plusieurs parties à l’aide de couteaux pour former des petits rouleaux.

bobine semi fini

Pourquoi choisir ce procédé d’impression pour vos étiquettes ?

La flexo permet :

  • D’imprimer des volumes moins importants qu’en héliogravure (et donc vous évitez du stock inutile),
  • D’obtenir un aspect plus pêchu qu’en numérique, les encres sont plus brillantes,
  • D’utiliser des encres d’une meilleure tenue et accroche dans le temps par rapport au numérique,
  • De réaliser une finition directement sur la ligne d’impression.

 

La flexographie est une méthode d’impression très utilisée sur le marché de l’étiquette et dont la technique est spécifique. C’est d’ailleurs, pour cela que chaque conducteur de machine d’impression en flexographie à l’issue de son parcours d’intégration valide un CQP (Certificat de Qualification Professionnel).

Maintenant, vous savez tout sur la Flexographie ! Vous hésitez encore avec d’autres techniques d’impression ? Prenez contact avec votre conseiller Grand Ouest Étiquettes et télécharger notre petit mémo !

 

 

Photopolymères* : Substance synthétique qui subit une transformation sous des lumières ultraviolettes.

 

Ces articles pourraient également vous intéresser

Haut de page