Code barre, tout savoir sur le GS1-128

Conseils - Le 24 septembre 2019

Par Marie

Vous commercialisez des produits et pour cela vous avez besoin de les expédier. Pour répondre aux besoins de vos partenaires et faire appel à une plate-forme logistique, on vous demandera très certainement d’apposer une étiquette composée du code GS1-128. Prenez quelques minutes pour mieux comprendre et connaître les bonnes pratiques d’usage du GS1-128.

 GS1, vous connaissez ?

GS1 est l’organisation mondiale de standardisation, neutre et à but non lucratif. Elle a été créée par les entreprises pour faciliter l’échange d’information et le commerce. Les standards GS1 permettent de développer un langage commun standardisé entre plusieurs partenaires ayant chacun un langage commercial propre.

Le GS1 – 128

Qu’est-ce que c’est ?

Appelé anciennement EAN 128, c’est un standard de marquage des unités logistiques tels que les cartons, caisses, palettes…

Chaque palette doit être identifiée par un code SSCC (Serial Shipping Container Code) traduit dans un code à barres GS1-128. Ce code est composé de 18 chiffres. Il est utilisé pour l’automatisation des processus d’expédition, de livraison et de traitement des produits dans les messages EDI (Echange de Données Informatisé).

Le code GS1-128 devra être créé par l’entreprise qui réalise l’unité logistique.

L’étiquette d’expédition GS1-128, à quoi ressemble-t-elle ?

Une étiquette d’expédition est divisée en 3 parties :

  • Une partie dite « libre » : on peut y mettre son logo, le libellé du produit, le nom de l’entreprise,
  • Une partie « en clair » où sont indiqués, par écrit, les données présentes dans le code à barres,
  • Une troisième partie qui contient le code à barres GS1-128.

Une fois scannée, on pourra accéder aux données contenues dans le code et ainsi faciliter la réception des marchandises.

code barre gs1 128

Pourquoi utiliser un code barre GS1-128 ?

  • Affiner la traçabilité en apportant des informations complémentaires comme la DLC, le numéro de lot …,
  • Fiabiliser les informations en évitant les risques d’erreurs de saisie,
  • Gagner du temps grâce à l’automatisation des saisies,
  • Transmettre de l’information de façon plus précise, plus fiable et plus rapide,
  • Répondre aux besoins et au cahier des charges édité par la Grand distribution.

NB : Pensez à tester la qualité du grade de lecture de l’étiquette. Votre partenaire (fabricants-grossistes, prestataires logistiques, transporteurs et distributeurs) exigera un grade de lecture du code barre qui peut être compris entre A et C.  Cette qualité d’impression s’évalue à l’aide de la norme ISO / IEC 1541. Une question concernant les grades de lecture : comment obtenir un code, le tester ? Contactez nos experts en solution d’étiquetage.

 

Bonnes pratiques

Concernant le format de l’étiquette d’expédition, le format A6 (105*148mm) peut correspondre à la plupart des besoins. Dans certains cas, on peut utiliser un format A5 appelé également Galia (148*210mm) pour indiquer l’ensemble des informations pour les utilisateurs.

Afin de garantir la lisibilité du code, voici les points à contrôler :

  • Couleur
  • Épaisseur des barres
  • Marges
  • Hauteur des barres
  • Qualité d’impression
  • Position

Vous voulez plus de détails, téléchargez la fiche mémo.

Vous souhaitez un accompagnement spécifique pour réaliser vos masques d’étiquettes avec code à barres ? Grand Ouest étiquettes, entreprise certifiée Datadock, propose des formations sur les logiciels tels que Codesoft…Contactez-nous.

Ces articles pourraient également vous intéresser

Haut de page