Contact alimentaire : quelles règles pour les étiquettes concernées ?

Conseils - Le 10 juin 2021

Par Léa

Lorsque vous devez utiliser des étiquettes en contact direct avec les aliments, il faut respecter différentes règles pour préserver les propriétés organoleptiques (odeur, apparence, goût) et garantir la sécurité des produits en question. Quelles sont vos obligations et quels choix opérer ? La collaboration avec des experts en étiquetage alimentaire, dans ce cas spécifique, devient décisive !

Quels sont les produits potentiellement en contact avec les étiquettes ?

On ne peut pas poser une étiquette sur un aliment sans se soucier de ses matières premières : qu’il s’agisse de l’adhésif utilisé ou de la pellicule de protection des encres, chaque élément doit être exempt de tout risque, tant du point de vue de la sécurité des consommateurs que de la préservation des qualités organoleptiques de l’aliment.

Dans les faits, plusieurs produits peuvent être en contact direct avec les étiquettes. C’est le cas de certaines catégories de produits comme les pièces de charcuterie (saucisson), les crêpes et galettes, les viandes (le poulet, notamment), les pâtés, les poissons ou encore les fruits et légumes.

D’une manière générale, il est nécessaire de s’assurer de la conformité réglementaire alimentaire de l’étiquette en fonction du type de denrées alimentaires étiquetées ainsi que des process utilisés pour sa fabrication et son stockage (temps et température).

poulet test

Les normes relatives à l’étiquetage et au contact alimentaire

Les enjeux des règles liées à l’étiquetage des produits sans emballage sont multiples : il faut que tous les matériaux du packaging en contact avec les aliments soient inoffensifs (sans effets sur le goût, la texture ou encore l’apparence et sans risques pour la santé des consommateurs). En parallèle, on doit aussi veiller à empêcher tout phénomène de migration (lorsqu’une encre ou un composant se transfère sur l’aliment).

Afin d’encadrer les pratiques, on peut se fier au règlement 1935/2004 qui intègre plusieurs préconisations :

  • Utiliser uniquement des matériaux (colle, complexe, etc.) adaptés aux contacts alimentaires directs et indirects;
  • S’assurer que le contact entre l’étiquette et l’aliment n’engendre aucune modification de ses propriétés organoleptiques.

Le règlement CE 2023/2004, quant à lui, fait état des BPF, Bonnes Pratiques de Fabrication. Elles concernent les points suivants : 

  • Proscrire l’usage de tout produit nocif sur l’étiquette ;
  • Développer des process de production fiables et faciles à reproduire ;
  • Respecter strictement le protocole HACCP relatif à la sécurité sanitaire ;
  • Transformer sans dénaturer les produits.

Enfin, il existe aussi un règlement destiné à tous les plastiques susceptibles d’être en contact avec les aliments (règlement UE 102011). Il s’applique pour toutes les étiquettes en contact direct (collées sur l’aliment) ou indirect (sur un emballage plastique) avec les produits. De plus, il contraint à prendre en compte les usages prévisibles des produits et les répercussions qu’ils peuvent avoir, comme le fait de superposer plusieurs paquets pour les livrer, on appelle cela le contact fortuit. 

Les tests de migration, un plus pour garantir la sécurité des étiquettes alimentaires

Au-delà de toutes les mesures prises pour garantir la sécurité de toutes les étiquettes en contact avec les aliments, les professionnels du milieu doivent procéder à des tests de migration, afin de vérifier l’absence de risque.

Depuis 2017, GOE réalise des tests de migration avec un laboratoire indépendant. Celui-ci a d’ores et déjà testé plusieurs de nos complexes pour certaines catégories qui satisfont de nombreux clients dans l’agroalimentaire. Afin d’établir les tests les plus précis, nous demandons à chaque client de compléter une découverte alimentarité. Elle précise le cycle de vie du produit étiqueté ainsi que des contacts fortuits. Cela permet de définir une matière conforme à la réglementation. 

Afin de vous préserver des risques associés aux étiquetages alimentaires, veillez à toujours signaler la nécessité d’employer des produits adaptés au contact alimentaire au commercial avec lequel vous collaborez. Il pourra vous préconiser les bonnes pratiques en matière de conception d’étiquette parmi lesquelles on peut citer les contours blancs, le pelliculage ou encore le choix d’une encre faible migration.

découvrez notre dernier livre blanc !

Ces articles pourraient également vous intéresser

Haut de page

NOTRE NEWSLETTER

Entrez dans l’univers GOE et recevez une fois par mois nos meilleurs conseils, dernières tendances et actus.

Notre engagement : nous ne transmettrons jamais votre adresse email à des tiers.
Vous pouvez vous désabonner à tout moment.